«C’est de la pipe» : Macron à Bourgtheroulde, ignorant qu’il parlait de lui…

Macron doit beaucoup à la presse: pendant des mois, elle l’a constitué à coup de couvertures et de publi-reportages, elle a semé les embûches sur le trajet de tel ou tel candidat choisi à dessein, elle l’a porté au pouvoir, elle s’est réjouie de son accès à l’Elysée, elle a encensé ses premiers jours et ses premières semaines, elle s’est confondue en éloges sur sa jeunesse, son talent, sa culture, son corps royal qui ne dormait jamais et travaillait tout le temps, qui mémorisait plus que tout autre humain normalement constitué, elle a aussi traité de fascistes tous ceux qui auraient le front, si je puis dire, de voter pour Marine Le Pen.

J’ouvre une parenthèse pour remarquer que BFM, qui n’est pas le dernier média de ce dispositif politique maastrichtien, a consacré un reportage d’une heure à la famille Le Pen intitulé « Le Pen, secrets, pardons et trahisons ». A aucun moment de ces cinquante deux minutes on ne retrouve la litanie des propos politiques habituellement tenus sur eux. Pendant presque une heure, cette famille qu’à l’approche des élections on rapproche toujours de Vichy & de Pétain, d’Hitler & d’Auschwitz, de l’antisémitisme & des chambres à gaz, sinon, quand c’est Macron qui effectue lui-même le travail avec l’aide de la pesse maastrichtienne, d’Oradour-sur-Glane & de la Shoah -qu’on se souvienne des deux visites de Macron entre les deux tours de présidentielles…-, pendant une heure, donc, il ne fut question que de gens respectables comme s’il s’était agi d’un reportage chez les Hollande ou les Macron… Preuve est ainsi faite que ce genre de publi-reportage contribue à pousser et tenir les Le Pen au devant de la scène autant que faire se peut afin qu’ils s’y trouvent encore le soir du premier tour, avant de déclarer la chasse aux nazis le soir-même en appelant à faire barrage à une femme qui mettrait la démocratie, la République et les Droits de l’homme en danger. Si elle est vraiment ce danger pour la République, quelle raison y-a-t-il à produire ce long film et de le diffuser en boucle sans rappeler ces éléments de langage maastrichtiens? Etonnant n’est-il pas? Parenthèse fermée…

Faut-il s’étonner que les journalistes qui contribuent à ce travail idéologique maastrichtien ne soient pas en odeur de sainteté auprès de quelques gilets-jaunes qui se souviennent que, depuis des décennies, avant même qu’ils ne se retrouvent sous cette couleur, on les traitait [1] aussi bien dans Charlie-Hebdo sous la plume de Val, que dans Libération dans les éditoriaux de Joffrin, mais aussi dans Le Monde ou dans L’Obs, de citoyens nationaux et socialistes?


On invite sur tous les plateaux télé Jean-Michel Aphathie qui tient ce discours depuis qu’il est né, sans oublier de débiter des propos complotistes en disant que les gilets-jaunes sont payés par l’étranger -les staliniens disaient jadis: « stipendiés par la CIA »- pour se défendre d’avoir été interpellé et filmé dans la rue par un gilet-jaune -qui ne l’a pas, lui, insulté… Ces pauvres chéris s’étonnent qu’on ne les aime pas, eux qui depuis des années détestent et insultent les rebelles de l’Etat maastrichtien dans la presse payée par les impôts même de ce petit peuple! Après un quart de siècle de bons et loyaux services au profit de l’idéologie dominante qui méprise ceux qui sont aujourd’hui devenus gilets-jaunes, la presse récolte ce qu’elle a semé. Elle ne peut gagner tout le temps et sur tous les tableaux.

Quand la presse, comme il est dit par une certaine presse, se réunit le samedi de l’acte X afin de réclamer un « droit d’informer », il ne lui vient pas à l’idée, toute au vice de son époque qui ne réclame que des droits, mais ne se reconnaît jamais aucun devoir, qu’elle mériterait ce droit si et seulement si elle se reconnaissait d’abord le devoir d’informer -et non celui de formater l’opinion publique à coup d’éloges de sa vision du monde et d’anathèmes contre ceux qui ne la partagent pas. Quand Aphatie et ses copains auront pratiqué pendant vingt ans le devoir d’informer en lieu et place du droit de désinformer, ils pourront légitimement demander qu’on les respecte. Rendez-vous dans vingt ans. En attendant, le respect peut attendre…

Invité avec ledit Aphatie sur un plateau de télévision où l’on commentait la prétendue performance de Macron à Bourgtheroulde, j’ai fait savoir qu’un journaliste digne de ce nom ne devrait pas enfiler les perles pour saluer la longueur de l’exposé, c’est ce que fait un professeur dans sa classe, je l’ai fait pendant vingt ans, mais faire son métier en se demandant: Comment cette rencontre a-t-elle été préparée? Quel élu était invité et comment? Lequel ne l’était pas et pourquoi? Comment les questions étaient-elles rédigées? Par qui? Le Président et ses conseillers pouvaient-ils en prendre connaissance avant? Donc préparer les réponses et fourbir les éléments de langage?

Rien de tout cela. Au contraire. A la sortie, jamais les fameux micros-trottoirs n’ont autant mérité leur nom: les micros faisaient vraiment le trottoir! Ce fut rhubarbe et séné, guimauve et pétales, confettis et parfums! Pour disposer d’un gramme d’esprit critique et se frayer un passage dans cette boue courtisane, il fallut les réseaux sociaux dans lesquels on apprit en effet, donc en dehors de la presse officielle, subventionnée, maastrichtienne: que des ministres sont chargés de l’intendance de ces prétendus débats avec les préfets, ce qui garantit que juge est partie; que les préfets ont choisi les intervenants, donc qu’ils en ont écartés d’autres -notamment tel ou tel du Rassemblent national; que des maires dits coordinateurs ont été chargés de rédiger des questions qui ont été ensuite attribuées à deux autres élus dont les noms ont été donnés en amont aux préfets; qu’on a demandé au vice-président de la communauté urbaine d’Alençon, le bien nommé Lenormand, un question en rapport avec les gilets-jaunes, alors qu’un autre élu a été sollicité pour une question sur l’ISF! Un débat sous ses auspices, c’est très exactement un discours selon Fidel Castro, un homme politique dont on connaît l’attachement à la liberté d’expression et à la liberté tout court!

Cette émission dans laquelle j’avais invité les journalistes a vraiment faire leur travail s’était terminée tard dans la nuit. Au petit matin, vers 7 heures, la production m’a envoyé un texto avec un lien qui annonçait ce bidouillage des pseudo-rencontres de Macron avec ce message: « Vous aviez raison »… Malheureusement, oui…

Une fois de plus, preuve est faite que la presse maastrichtienne ment et relaie les mensonges, qu’elle ne fait pas un travail d’information mais de désinformation. Dès lors, si l’on veut savoir la vérité, il faut aller la chercher ailleurs, donc sur le net où, hélas, non dupe de la presse maastrichtienne, un grand nombre se fait dupe de la presse alternative. On peut donc expliquer que, fuyant le mensonge d’Etat subventionné par l’impôt public, un grand nombre se jette dans les bras des médias alternatifs tout aussi déformants et souscrivent aux sites dans lesquels Soral se retrouve en bonne place, mais ce n’est réjouissant ni pour la vérité ni pour la liberté, ni pour la justice ni pour la justesse.

Macron a donc appelé au « débat » avec une lettre dans laquelle il fait savoir qu’il n’est pas question de changer le cap dont, justement, les gilets-jaunes lui disent depuis des semaines qu’il n’est pas le bon. Il veut bien parler, certes, bien sûr, évidemment, certainement, mais pas du motif qui met les gens dans la rue. Qu’est-ce qu’un dialogue à l’entrée duquel on dit, d’une part, qu’il ne permettra pas de tout dire parce qu’il sera orienté dans le sens voulu par l’Elysée, puis, d’autre part, qu’il ne changera rien de ce qui motive le mécontentement populaire -que les journalistes préfèrent nommer une « grogne » pour laisser entendre que les gilets-jaunes sont des chiens prêts à mordre ou des loups possédés par la rage.

Cette lettre dit: vous allez pouvoir me poser ces trente-cinq questions que je soumets à votre réflexion -mais aucune autre. On évite par exemple l’ISF et le RIC, ce qui est pourtant le cœur du sujet et des revendications…

Le référendum d’initiative citoyenne, Macron est contre et, quand il donne ses arguments, il met à nu, donc à vif, le mécanisme populicide de cette démocratie représentative moribonde qu’il incarne si bien: pas question, dit-il à Bourgtheroulde, qu’après un vote de l’Assemblée nationale le peuple demande un référendum parce qu’il ne serait pas d’accord avec ce vote! On ne peut mieux dire que le vote de la démocratie directe ne serait pas le vote de la démocratie représentative! Et pourquoi donc? Car là est la vraie question. Voilà qui vaut aveu franc et massif de la part du président de la République lui-même que la démocratie représentative ne représente pas le peuple, mais les intérêts de ceux qui prétendent parler pour lui, en son nom, alors qu’ils s’en servent comme d’un marchepied pour leurs vies politiques mondaines. Pas bien fin le garçon quand il pérore en bras de chemise dans les salles polyvalentes…

Ces pages laborieuses descendent du ciel élyséen afin de ruisseler, puisqu’il aime cette image, jusque sur les plumes du peuple en bas. Il décide en haut, de façon jupitérienne, puis les gueux d’en bas reçoivent une lettre qui, pour une fois, arrive à l’heure, ne se perd pas ou n’oblige pas à aller la chercher à la poste qui se trouve exceptionnellement fermée! Voilà l’idée qu’Emmanuel Macron se fait du dialogue: « Je pense, donc tu me suis. »

La nuit tombe ce dixième samedi consécutif à l’heure où j’écris ces lignes. A cette heure, la journée semble avoir été impeccable: le service d’ordre a contenu les violences; BFM a tout particulièrement aimé que, dans une ville de province, un militaire qui aurait manifesté des sympathies pour l’extrême-droite, est-il dit, ait piloté le service en question. Cette information a été utile pour distiller les habituels sous-entendus qui voudraient depuis le début que les gilets-jaunes cachent des chemises brunes. Il est vrai que, pour assurer les services d’ordre, BFM pense probablement qu’il vaudrait mieux recruter chez les objecteurs de conscience qui font un service civil citoyen et éco-responsable en comptant les mouettes sur les plages.

Pas de violence, pas de casse, pas de poubelle ou de voiture brûlée, pas de rue dépavée, pas de transpalette qui aurait pu faire tomber ce soir la République, pas de sang versé, pas de bras cassé, pas d’oeil énucléé, pas de tag sur les monuments publics, pas de gilet-jaune ou de policier dans le coma, pas de mort -« mince alors! », doit on penser dans les rédactions qui confondent droit d’informer et devoir de désinformer. Tout ça va finir par devenir sérieux!

Rien de tout cela, hélas pour eux, mais, tant mieux pour ceux qui, comme moi, les soutiennent, des slogans intelligents et drôles, des propositions politiques véritables qui concernent: l’urgence de la démocratie directe, la nécessité d’une banque vraiment populaire, la double revendication de dignité et de justice, le retour de la fraternité, la police et la justice au service du peuple et non des exilés fiscaux, la demande que les efforts soient également partagés, y compris et surtout par la classe politique au pouvoir qui pourrait commencer par donner l’exemple.

Il y eut aussi un début d’organisation avec le service d’ordre, le service secouriste et le service comptage qui donne enfin des chiffres à mettre en face de la propagande d’Etat débitée par Castaner complaisamment relayé par les médias amis. Preuve que l’organisation est possible, qu’elle a lieu et qu’elle produit déjà de beaux effets.

De fausses questions présidentielles, des débats biaisés, de la communication élyséenne dupliquée avec l’aide des préfets de la République réquisitionnés et de ministres le doigt sur la couture du pantalon: tout cela pèse de moins en moins lourd pendant que les gilets-jaunes parviennent à empêcher les violences et, de ce fait, à créer des énergies. L’Histoire se fait devant nos yeux. Qui dit, depuis « La Fin de l’histoire et le dernier homme » (1992) de Fukuyama, qu’elle était morte? Ceux qu’aujourd’hui sa vérité effraie.

Michel Onfray

[1] Sur Europe 1, le 14 décembre 2018: « Dans ce mouvement informel, gazeux -moi je le pense depuis le début- il y a une organisation souterraine, cachée, il y a des tireurs de ficelles, des gens beaucoup plus politisés et politiciens qu’on ne le croit, et qui apparaissent aujourd’hui. » Plus complotiste que ça, tu meurs…

Source : MichelOnfray.com


Continuer votre lecture

Suivant ➜


Commentaires

commentaires